Les grands magiciens de l’histoire

La magie a presque toujours existé comme vous pouvez le voir ici. Elle a donc vu naître énormément de grands magiciens à travers le temps. Cependant, très peu d’entres eux sont parvenus à marquer les esprits. En effet, seule une poignée d’illusionnistes ont réussi à marquer l’histoire de la magie auprès du grand public. Dans cet article, nous allons nous attarder plus précisément sur 3 d’entres eux : Jean-Eugène Robert-Houdin, le père de la magie moderne, Harry Houdini, le roi de l’escapade, et David Copperfield, l’homme médiatique.

Jean-Eugène Robert-Houdin

Commençons tout d’abord par Jean-Eugène Robert-Houdin. Né en 1805 et mort en 1871, il est considéré comme l’inventeur de la magie moderne. Pourquoi cela, me direz-vous ? Eh bien, tout simplement parce qu’il est parvenu à révolutionner la magie, à lui donner un second souffle. En effet, il est la source de nombreux tours et illusions que l’on retrouve encore aujourd’hui et tous ses successeurs ont ensuite été fortement inspirés par ses œuvres. Mais reprenons depuis le début.

Jean-Eugène Robert-Houdin naît donc en 1805. C’est un horloger et mécanicien français du XIXe siècle. Mais c’est aussi un grand illusionniste. Ses talents et connaissances techniques en mécanique lui permettent un tout nouveau style de magie. En effet, spécialisé dans la construction d’automates, il utilise alors ses inventions lors de ses prestations. Il relie ainsi magie et technologie dans un spectacle unique et original.

Mais c’est là loin d’être sa seule particularité ! C’est également lui qui introduit l’électricité et même l’électro-magnétisme à l’univers de la prestidigitation. Robert-Houdin est également l’un des premiers illusionnistes à utiliser le mentalisme lors d’un spectacle sur scène, en réalisant des tours de télépathie les yeux bandés. Et comme si cela ne suffisait pas, c’est de lui que nous provient l’image du magicien en queue de pie ! En effet, ayant une clientèle plutôt aisée, il a donc décidé d’adopter le même style vestimentaire : la queue de pie. Etant une grande source d’inspiration pour les magiciens qui vinrent après lui et une référence dans le domaine de la magie, les illusionnistes de l’époque se sont donc inspiré de Robert-Houdin pour décrire le « magicien-type » qui porte alors cette fameuse queue de pie. Voilà donc d’où nous vient cette image !

Grands magiciens de l'histoire

Son influence dépasse de loin la prestidigitation. Le 28 octobre 1855, Napoléon III fait appel à Robert-Houdin. Ce dernier va alors se faire passer pour un sorcier aux pouvoirs surnaturels afin de discréditer les marabouts arabes qui poussent à la révolte en Algérie.

Encore aujourd’hui, le nom de Robert-Houdin inspire beaucoup de respect et d’admiration. Des dizaines de rues en France sont baptisées à son hommage : à Paris, à Blois (où il est né), à Caen, ou encore à Saint-Etienne par exemple.

Le théâtre Robert-Houdin

A l’aide du Comte de l’Escalopier, Jean-Eugène Robert-Houdin ouvre un théâtre à son nom à Paris : le théâtre Robert-Houdin. Ce théâtre peut contenir près de 230 personnes et est aménagé spécialement pour ses illusions. Le 3 juillet 1845 a alors lieu la première séance publique des « Soirées fantastiques de Robert-Houdin », qui connaîtrons par la suite un grand succès. Ce théâtre, véritable épicentre de la magie, sera ensuite cédé à Hamilton en 1853 par Jean-Eugène Robert-Houdin lui-même. En digne successeur, Hamilton dirigera le théâtre jusqu’en 1888, date à laquelle celui-ci sera revendu au célèbre Georges Méliès, grand illusionniste et réalisateur, père des effets spéciaux au cinéma. Mais le 30 janvier 1901, un grave incendie toucha le théâtre et la ruine future de Georges Méliès n’améliora pas la situation. Henri Maurier fut alors le dernier magicien à fouler la scène de ce théâtre avant qu’il ne soit finalement démoli en 1924.

Son héritage

Après sa mort en 1871, Robert-Houdin laissa derrière lui de nombreux ouvrages. Grande source d’inspiration pour ses successeurs, ses ouvrages restent encore inégalés aujourd’hui comme nous le prouve la citation ci-dessous de Jean Hugard concernant son ouvrage Les secrets de la prestidigitation et de la magie. Son plus grand successeur à ce jour reste sans doute Harry Houdini, qui a décidé de lui rendre hommage de par son nom de scène. L’autobiographie de Robert-Houdin, intitulée Confidences d’un prestidigitateur à même été l’un des livres de prix que l’on offrait dans les écoles aux élèves méritants en fin d’année. Encore aujourd’hui, ses ouvrages restent une référence dans le domaine de la magie. C’est ainsi que Robert-Houdin servit de mentor à bien des illusionnistes pendant des décennies.

Aujourd’hui encore, […] il n’existe aucun ouvrage qui puisse lui être comparé. Si tous les autres livres qui ont été écrits sur la magie devaient être détruits, tout l’art magique pourrait être reconstruit à partir de ce seul ouvrage.

Jean Hugard, fin XXe siècle

Harry Houdini

Maintenant, parlons d’un autre des plus grands magiciens de l’histoire : Harry Houdini. Ce nom doit vous rappelez quelque chose. En effet, encore aujourd’hui, Houdini a tellement marqué l’histoire que l’on retrouve de nombreuses références à son nom. Dans les films, les séries et même les jeux vidéos, le grand Harry Houdini, maître de l’évasion est évoqué. Mais connaissez-vous réellement son histoire ?

Harry Houdini naît en 1874 sous le nom d’Ehrish Weisz. Il est hongrois mais va rapidement émigrer aux Etats-Unis avec sa famille. Déjà enfant, il avait le goût de la scène. A 9 ans seulement, il réalise ses premières prestations en tant que trapéziste. Il va alors commencer à s’intéresser de près au domaine de la prestidigitation. Grand admirateur de Jean-Eugène Robert-Houdin dont nous avons parlé plus haut, il va alors choisir son nom de scène en son hommage. C’est ainsi que naît l’illusionniste Harry Houdini.

grands-magiciens-houdini

Houdini va alors petit à petit gagner en notoriété à travers le pays. En 1918, il réalise l’un de ses tours les plus célèbres : la disparition d’un éléphant. Mais ce qui fait sa renommée, c’est surtout ses capacités d’évasion. En effet, Harry Houdini est encore aujourd’hui considéré comme le plus grand maître de l’évasion de tous les temps. Menottes, cages, ou encore la célèbre boîte remplie d’eau, rien ne lui résiste.

Le défi

En 1898, Houdini défie la police de Chicago dans un nouveau tour d’évasion. Il assure être capable de se libérer en moins de 30 minutes de leur prison, ce qu’il fit en 3 minutes seulement. En effet, en s’inspirant de la technique des avaleurs de sabres, il était parvenu à dissimuler un passe-partout dans son œsophage qui lui permis alors de s’évader.

Mais Houdini n’était pas seulement un grand magicien, c’était aussi un homme engagé. En effet, à l’époque du spiritisme, il mettait un point d’honneur à dénoncer les faux médiums. En plus de cela, il était également acteur et scénariste comme dans le film L’Homme de l’au-delà, par exemple, où il tient le rôle principal : un homme qui revient à la vie après avoir passé près de 100 ans dans la glace.

Toujours plus

Harry Houdini tenait beaucoup à sa réputation, il voulait être le plus grand magicien de tous les temps, parfois même à ses dépens. En effet, sûr de lui, il déclara qu’il était capable de comprendre n’importe quel tour en seulement 3 représentations mais il dû s’incliner face à Dai Vernon qu’il lui présenta un tour sept fois de suite sans que celui-ci ne le comprenne. Vernon saisit alors cette occasion pour utiliser la notoriété d’Houdini à son avantage en indiquant sur ses publicités : « The Man Who Fooled Houdini » (l’homme qui a trompé Houdini).

Houdini se proclamait également invincible et se portait volontaire à n’importe quel coup dans le ventre pour le prouver. Mais cette assurance fut peut-être la cause de sa mort. En effet, au Princess Théâtre de Montréal, un étudiant demanda à Houdini si celui-ci était réellement invincible et s’il pouvait endurer l’un de ses coups au ventre. Fière de son égo, Houdini accepta. L’étudiant le frappa alors à plusieurs reprises et Houdini fût pris de douleurs dès l’après-midi. En 1926, peu après ces évènements, Houdini décéda d’un péritonite suite à une rupture de l’appendice. Beaucoup de théories se mêlent et personne ne sait réellement si ce coup au ventre fut ou non à l’origine de sa rupture de l’appendice.

Aujourd’hui la réputation d’Houdini reste sans pareil. De multiples œuvres à travers la planète font référence à ce fameux prestidigitateur que le monde n’est pas près d’oublier.

David Copperfield

Passons maintenant au dernier des 3 grands magiciens cités dans cet article : David Copperfield. Né en 1956, David Copperfield est sans aucun doute le magicien le plus titré et le plus médiatisé de toute l’histoire. Ayant remporté 21 Emmy Awards, 11 Guinness World Records et son étoile sur le Hollywood Walk of Fame, il a même effectué ses prestations devant la Maison Blanche ! Mais commençons par le début.

De son vrai nom David Seth Kotkin, David Copperfield commence sa carrière très tôt sous le pseudonyme Davino en donnant de petites représentations dans sa ville. Mais dès l’âge de 12 ans, cet américain est admis à la Society of the American Magician (SAM). C’est alors le plus jeune magicien admis au sein de cette organisation. Sa notoriété ne fait ensuite qu’augmenter et très rapidement, il va se tourner vers le domaine du cinéma. A 18 ans, il est engagé dans la comédie musicale The Magic Man à Chicago et prend pour la première fois son fameux nom de scène : David Copperfield, en référence au célèbre roman de Charles Dickens.

A partir de 1977, il possède même sa propre série télévisée : La magie de David Copperfield diffusée sur ABC. Il enchaîne ensuite différentes émissions, notamment sur CBS et connaît alors le plus grand succès auprès du grand public jamais obtenu par un magicien. A la recherche de tours toujours plus extraordinaires, il parvient même à faire disparaître la Statue de la Liberté en 1983.

Magicien Genève

Magicothérapie

David Copperfield est à l’origine de la magicothérapie qu’il a imaginé en 1981 dans son Project Magic. Cette technique consiste à utiliser la prestidigitation à des fins thérapeutiques. En effet, elle s’adresse aux personnes atteintes d’un handicap afin de les aider à recouvrer leur dextérité. Un magicien va alors leur apprendre des tours de magie en guise de rééducation. En faisant travailler leurs muscles et leur mémoire, la thérapie permet d’accélérer le rétablissement. Mais c’est au niveau psychologique que cette méthode est la plus efficace. Passant du statut de personne handicapée au statut de magicien, à leurs yeux et aux yeux de leurs proches, cette thérapie leur permet bien souvent d’atteindre un état psychologique plus propice à la guérison. Aujourd’hui, ce programme est accrédité par l’American Occupational Therapy Association et est utilisé dans plus de 1 100 hôpitaux à travers le monde.

David Copperfield n’en a pas fini avec la magie, il se produit toujours au MGM Grand Las Vegas, un hôtel-casino 4 étoiles au cœur de Las Vegas. Lors de son inauguration en 1993, il s’agissait du plus grand hôtel au monde avec près de 6 852 chambres !

site
blog