Le boniment correspond à l’enrobage du tour de magie. La définition officielle est le « propos débité pour convaincre et attirer la clientèle ».
Un tour de magie est souvent très rapide et aussi assez abstrait. Comme il s’agit de quelque chose de rare, il peut aussi être incompris.
Le spectateur n’a pas eu le temps de voir ce qui se passe ou bien n’a pas fait attention ! Et il rate le tour ?! C’est inconcevable quand on sait tout l’entraînement que cela implique !
Alors le magicien est aussi un bonimenteur… Une personne capable d’attirer l’attention par ses mots (son boniment) et de préparer son auditoire à s’émerveiller. Car l’émerveillement se travaille. Vous connaissez sans doute l’histoire de Joshua Bell, le célèbre violoniste qui a joué dans le métro sur un violon à plusieurs millions d’euros… Sans que personne ne s’arrête !
S’il y avait eu une présentation à la hauteur de l’événement il y aurait eu plus de monde pour apprécier le travail et le talent de ce jeune homme ! C’est un peu pareil en magie. La magie « non préparée » et « non attendue » est rarement puissante. Il faut un bon boniment, une histoire et un contexte pour préparer les spectateurs à voir l’impossible.